Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Billets d’humeur > L’affaire de l’avion détourné en Bielorussie

L’affaire de l’avion détourné en Bielorussie

mardi 25 mai 2021 par Philippe Arnaud, AMD Tours

Il n’est bruit, depuis avant-hier, que du détournement d’avion de Ryanair par l’aviation biélorusse, pour s’emparer d’un de ses passagers, Roman Protassevitch, opposant au président biélorusse Loukatchenko.
Cet acte est, bien entendu, un acte de piraterie, qui viole toutes les conventions diplomatiques, ainsi que toutes les règles régissant l’aviation civile internationale. Mais les journalistes, qui retransmettent l’indignation des gouvernements occidentaux, auraient pu rappeler qu’en l’occurrence le gouvernement biélorusse a été à bonne école :

1. Par exemple, le 22 octobre 1956, lorsque des avions de chasse français forcèrent un avion marocain, parti de Rabat à destination de Tunis, à se poser à Alger, et y capturèrent cinq des chefs du F.L.N. algérien (Mohamed Khider, Mostefa Lacheraf, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Boudiaf et Ahmed Ben Bella). Ce qui aggrava l’affaire est que l’avion en question appartenait au sultan du Maroc Mohammed V, père du roi Hassan II et grand-père de l’actuel roi Mohamed VI.

2. Par exemple, le 18 avril 2009, lorsque les États-Unis interdirent à un avion d’Air France, parti de Paris et à destination de Mexico, de survoler leur territoire et le forcèrent à se dérouter sur La Martinique. Motif ? Cet avion avait pour passager Hernando Calvo Ospina, journaliste et collaborateur du Monde diplomatique.
Le scandale, dans l’affaire, est que l’avion ne devait même pas se poser aux États-Unis mais simplement les survoler ! Mais Hernando Calvo Ospina, qui n’était pas musulman et n’avait jamais effectué de service militaire (et était donc incapable de manier la moindre arme ou de concocter le moindre explosif) était un opposant au président d’extrême-droite colombien Alvaro Uribe (allié et porte-rapière des Américains). Ce qui était amplement suffisant pour en faire un dangereux terroriste...

Ce détournement entraîna des frais pour Air France et un préjudice pour les passagers (ratage de correspondances, obligation de se loger à l’hôtel), qui, bien entendu, ne furent jamais remboursés par l’État américain. Lequel ne présenta pas davantage la moindre excuse...

3. Par exemple (comme le rappelle Le Monde diplomatique sur son site), le 2 juillet 2013, lorsque, à la demande des États-Unis, l’avion officiel du président bolivien Evo Morales, de retour de Moscou, fut interdit de survoler la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal, et forcé d’atterrir à Vienne, en Autriche.
Motif ?
Le président bolivien était soupçonné de vouloir exfiltrer vers son pays le lanceur d’alerte Edward Snowden, recherché par les États-Unis et réfugié en Russie. Le président d’un pays souverain fut traité comme un petit voyou de quartier ! [Car on lui demanda de pouvoir fouiller son avion et il dut se gendarmer pour que cette humiliation ne lui fût pas infligée].

Les Américains se seraient-ils permis de telles fantaisies avec le président Xi Jinping ou avec la chancelière Merkel ?

Je serais curieux de voir si les médias se penchent sur ces instructifs précédents...

Je vous saurais gré de vos remarques, précisions, compléments et critiques.

   

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?