Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Billets d’humeur > Il y a des baffes qui se perdent ! suivi de Hystérisation

Il y a des baffes qui se perdent ! suivi de Hystérisation

mercredi 9 juin 2021 par Alain Chancogne et Pierre-Henri Paulet.

Je les ai tous entendu de Marine Le Pen à Mélenchon.
Donc l’historique gifle de ce 8 juin est surtout quasiment un crime d’État parce que en giflant Macron, vu son statut c’est la France qui est frappée...

Pourtant certains de ceux qui reprennent ce slogan qui me fait sourire, expliquaient il y a encore quelques temps "Non monsieur Macron vous n’êtes pas mon Président" !
Il paraît même que c’était le président des riches,seulement.
Alors j’ai envie de dire : Basta !

Non pas que je me foute royalement qu’un royaliste soufflette Emmanuel 1er...
Non pas que je sois complotiste au point de trouver particulièrement curieux que Sa Suffisance lui aie fait choisir parmi la foule son agresseur en lui tenant le bras pour que l’autre puisse mieux lui en balancer une dans son minois républicain.

Mais parce que trop c’est trop....

On va quand même pas rétablir la guillotine pour décapiter le capétien....
Je n’apprécie pas non plus, autant le dire franchement, le tweet de Mélenchon.
Du genre" bon vous allez comprendre maintenant au moins etc... "
Pour parler très franchement j’avoue que je ne dois pas être un excellent citoyen respectueux de nos institutions et des personnes qui disent d’eux mêmes ou dont on dit, qu’elles seraient" sacrées", que la "République c’est eux"

Non

"Ma France" outragée, brutalisée, agressée en permanence, bâillonnée, ghettoïsée dans cette société pourrie par le capitalisme, elle n’est pas symbolisée par un petit banquier arrogant , qui nous représenterait au prétexte qu’il couche à l’Élysée porté sur son trône en raison d’un mode de suffrage universel tel que celui qui permet à nos institutions monarchiques de doter la France de la Commune de Paris, d’un roitelet sorti tout droit des coffres de la banque Rothschild, et biberonné par son parrain Hollande.

J’ai vu le moment où on allait différer l’allégement des mesures sanitaires prévu pour demain afin de nous confiner quelques jours de plus dans une sorte de " deuil national".

Macron ce n’est pas Jésus
La preuve ?
il n’a même pas tendu l’autre joue😥

Notre Saigneur est sorti fort heureusement indemne de cet acte terroriste.

Il pourra mercredi confirmer au Conseil des ministres qu’il ne faut pas retarder la réforme des allocations chômages.
Et donner quelques instructions pour que Monsieur Darmanin précise bien à Monsieur Lallement que ce prochain samedi 12, l’ordre doit régner dans ce pays "quoi qu’il en coûte".


Lire aussi :

Hystérisation

Il fait peu de doutes que l’étrange séquence politique à laquelle nous venons d’assister affectera le déroulement des dix mois qui nous séparent du second tour de l’élection présidentielle. L’enchaînement des polémiques a rendu irrespirable en quarante-huit heures une atmosphère déjà pesante.

Invité de l’émission dominicale conjointe de franceinfo, France Inter et Le Monde, Jean-Luc Mélenchon, au terme d’une longue tirade confusionniste, a expliqué qu’un « grave incident » interviendrait certainement pendant la dernière semaine de la prochaine campagne présidentielle, à l’instar de la tuerie commise par Mohammed Merah en mars 2012 ou de l’attentat des Champs-Élysées en avril 2017, tout cela étant « écrit d’avance ». Sous le feu nourri des critiques, le candidat déclaré de la France insoumise, ainsi que ses lieutenants, ont choisi de s’abriter derrière le piètre bouclier de la mauvaise foi, jurant que d’odieux détracteurs avaient honteusement déformés les propos tenus. Jean-Luc Mélenchon ne pense peut-être pas, laissons-lui le bénéfice du doute, que les attentats terroristes résultent d’un scénario préétabli. N’empêche que c’est bien ce qu’il a dit... Il craint très certainement que des faits divers soient à nouveau instrumentalisés dans les dernières encablures de la campagne, notamment par l’extrême-droite. N’empêche qu’il ne l’a pas dit ainsi… Se posant en victime d’« un bon coup monté à partir d’une phrase », il a indéniablement contribué à alimenter l’indignation générale contre lui au lieu de calmer le jeu en reconnaissant ce qui était, a minima, une grosse maladresse d’expression.

La faute politique commise par le chef de file des Insoumis est réelle, mais n’explique ni ne justifie les réactions démesurées qu’elle a générées. On a vu un philosophe centriste bon-teint, intellectuel organique au sens gramscien du terme, admettre sans complexe qu’entre Le Pen et Mélenchon, il voterait Le Pen. On a vu un « influenceur » d’ultra-droite simuler en vidéo l’exécution d’un électeur de Mélenchon. On a vu une intervention en direct du principal intéressé, destinée à dénoncer légitimement cet appel au meurtre, interrompue sans gêne par BFM-TV au motif qu’il s’agissait d’une « manœuvre politique ». Pas une rédaction qui n’y soit allée de ses commentaires tendancieux pour une installer l’image d’un Mélenchon complotiste au mieux, antisémite au pire.

Le phénomène d’hystérisation du débat public a pris une coloration nouvelle ce mardi avec la gifle infligée à Emmanuel Macron par un individu proche de la droite identitaire, lors d’un déplacement du Président de la République à Tain-L’Hermitage (Drôme). Ce geste, condamnable comme l’est toute violence physique dans le cadre de la vie publique, excessif par nature mais bénin dans ses conséquences, a suscité un torrent de réactions de condamnation rarement à la mesure de l’offense. Pour de nombreux commentateurs, gifler le chef de l’État, c’est attenter à la République elle-même voire à la « souveraineté nationale » (Jean-Pierre Chevènement), quand ce n’est pas carrément « porter un coup à chaque Français » (Marlène Schiappa). À les entendre, l’offense semble d’une gravité inédite. Oubliés, les 150 tirs d’arme automatique contre la DS du général de Gaulle au Petit-Clamart ou les bombes qui le manquèrent de peu au Mont Faron et au Pont-de-Seine. Oubliée, la tentative de meurtre au fusil contre Jacques Chirac lors d’un défilé du 14 juillet. Oubliés plus encore les assassinats d’une violence inouïe contre les présidents Sadi Carnot et Paul Doumer, sous une autre République. L’agression contre Emmanuel Macron ressemble davantage à celle qu’avait subie Nicolas Sarkozy dans le Lot-et-Garonne en 2011 sans susciter le même emballement émotionnel ni la même peur d’un vacillement de la République. Comme s’il n’était désormais plus possible de faire la part des choses.

Les provocations d’élus ou la brutalité physique et verbale des opposants à la politique du gouvernement d’un côté, l’indignation surjouée des soutiens du gouvernement et leurs relais médiatiques de l’autre, rendent plus difficile chaque jour le fonctionnement serein de la démocratie. La sortie inappropriée de Jean-Luc Mélenchon a occulté la problématique sérieuse que son intervention soulevait initialement, à savoir l’impossibilité pratique de voir triompher un programme politique alternatif dans le cadre institutionnel et médiatique qui est le nôtre. La radicalité d’un youtubeur-militant comme Papacito rappelle, si besoin était, le danger que représente l’ultra-droite sans répondre à la seule question qui vaille : comment reconstruire une offre politique à la hauteur des attentes des Français ? Invoquer la République en péril pour un soufflet sur la joue présidentielle renforce, enfin, la distorsion entre l’anecdotique et le fondamental. Un quinquennat de régressions sociales, de recul des libertés publiques, la concentration du pouvoir entre les mains d’un homme au détriment de la représentation nationale et même les pitreries communicationnelles auxquelles nous nous résignons menacent bien plus assurément la République que le dérapage verbal d’un candidat de l’opposition ou qu’une atteinte mineure sur la personne du chef de l’État. Gardons cela à l’esprit.

   

Messages

  • 1. Il y a des baffes qui se perdent ! suivi de Hystérisation
    10 juin, 14:28 - par RICHARD PALAO


    Qui cultive le mépris de classe récolte la haine de classe , depuis son entrée en politique MACRON n’ a eu de cesse d’ afficher son mépris pour les défavorisés et d’une façon générale le monde du travail , toute son action politique à consisté à privilégier les plus riches , les grandes entreprises , la finance en appauvrissant les autres couches de la population.
    La colére à l’ égard du monarque et de sa caste ne cesse de grandir mais faute d’un parti communiste influent et d ’ un vrai syndicat de classe , cette colère ne se traduit pas par des actions de masse et la nécessité d’ en finir avec le capitalisme reste minoritaire tandis que s’ installe le désespoir et la résignation .
    Il n’est donc pas étonnant que des actes individuels comme cette baffe au président survienne çà et là ...
    Mais ce qui doit nous interroger c’est que la plupart de ces actes apparemment isolés , mais à mon avis réfléchis et organisés proviennent de l’extrême droite : un réseau qui préparait des attentats contre des personnalités vient d être démantelé , des militaires de haut rang appelle l’armée à la rescousse pour rétablir l’ordre , le giffleur appartient a la mouvance facho-royaliste , une cheffe d’entreprise tente d’assassiner un syndicaliste CGT avec l’aide de militaires de la DGSE , les ZEMMOUR , bien que condamnés à plusieurs reprises continuent de déverser son fiel dans les médiras et appelle à l action etc ...certains y compris chez nous minimisent ces événements participant ainsi à leur banalisation , par contre il s’ en prennent à MELENCHON qui certes maladroitement à dénoncé une réalité : avant chaque élection présidentielle il y a un attentat ou un crime qui incite les électeurs à un repli sécuritaire et à voter pour le FHAINE ce qui est recherché par la droite pour faire élire son candidat en appelant les français à faire barrage au fascisme .
    Il est faux de dire que MELENCHON a dit que ces événements étaient organisés par le pouvoir , n ai écouté ces propos a plusieurs reprises , il a simplement dit qu’ils n’ étaient pas le fruit du hasard ce qui signifie que leurs auteurs sont manipulés et servent l’ extrême droite et indirectement le pouvoir qui souhaite rééditer le duel MACRON/LE PEN
    Je précise que je n’ai jamais voté MELENCHON ni Les Insoumis , mais ce MELENCHON bashing m’exaspère car il nous empêche de voir que les fachos comme dans tous les pays ou ils ont pris le pouvoir de gré ou de force , lancent des ballons d’essai avant de lancer l’estocade , il est temps de se réveiller et de nous opposer à cette stratévie ...ne nous trompons pas de cible ...

    .

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?