Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Pérou : Élections : Demandes rejetées, manœuvres épuisées

Pérou : Élections : Demandes rejetées, manœuvres épuisées

lundi 5 juillet 2021 par servindi

L’exécutif a rejeté la demande de Keiko Fujimori au président Sagasti de procéder à un audit international du second tour des élections.
Par le biais d’une lettre, le ministre de la Justice, Eduardo Vega, a rappelé qu’aucune autorité du pouvoir exécutif ne peut intervenir dans les élections afin de ne pas rompre le principe de neutralité.

Avec cette mesure rejetée, les manœuvres dilatoires des secteurs pro-Fujimori pour ignorer le résultat des élections qui donne Pedro Castillo comme président élu, bien que non encore proclamé, sont épuisées.

Réponse forte

Dans la lettre du 2 juillet, le chef du secteur de la justice énonce clairement les raisons juridiques qui empêchent le gouvernement d’intervenir dans les élections.

"En vertu du principe de neutralité que toute institution étatique doit respecter et compte tenu du fait que le processus des élections générales est en cours, il n’est pas juridiquement possible de répondre à cette demande", a déclaré le ministre.

Le pouvoir exécutif et le président "ne peuvent intervenir dans un processus électoral en réponse à une demande de l’une des forces politiques participant à la compétition électorale", ajoute-t-il dans la lettre.

Quelques jours auparavant, dans une manœuvre dilatoire évidente, Fujimori avait laissé une requête au Palais du gouvernement pour que Sagasti demande un audit international pour examiner les registres de vote, les listes électorales, le système informatique et les listes électorales.

Toutefois, comme l’avait déjà souligné Juan Carlos Ruiz Molleda, avocat de l’Institut de défense juridique (IDL), la Constitution empêche Sagasti de demander l’audit à l’Organisation des États américains (OEA).

La réaction de Fujimori

Loin d’accepter sa défaite, Keiko Fujimori a remis en cause sur ses réseaux sociaux ce qu’elle a qualifié d’"abdication" de leurs responsabilités face à "l’incertitude électorale".

Ceci est paradoxal si l’on considère qu’un mois plus tôt, Fujimori elle-même avait demandé au président Sagasti de ne pas intervenir dans le processus électoral, en référence à une conversation que le président avait eue avec l’écrivain Mario Vargas Llosa.

Retards et échecs

Mais les tentatives de Fujimori pour désavouer les résultats des élections ont commencé dès le lendemain du second tour, avec une conférence dans laquelle elle a dénoncé de prétendues irrégularités qu’elle a qualifiées de "fraude au bureau de vote".

Ensuite, des centaines de demandes d’annulation des résultats se sont accumulées, qui ont été rejetées. A cela s’ajoutent les campagnes de désinformation dans les réseaux et les médias, les appels perdus, la remise en cause des instances électorales et les coups d’État successifs de diverses nuances.

À ces manœuvres infructueuses, il faut ajouter l’échec d’une délégation pro-Profujimori qui s’était déplacée pour demander un audit au siège de l’OEA à Washington.

Après être restés à la porte de l’institution américaine, la pro-Aprista Nidia Vílchez, le fujimoriste Nano Guerra, le congressiste élu Jorge Montoya et Daniel Córdova (ancien ministre de Kuczynski) se sont confrontés dans une conférence.

Alors que les secteurs pro-Fujimori mettent sur pied des manœuvres antidémocratiques afin de retarder la nomination de Pedro Castillo, le jury national des élections (JNE) prévoit de proclamer les résultats le 15 juillet.

En plus de tout ce qui précède, les vladiaudios confirment l’ingérence du sinistre Vladimiro Montesinos dans la coordination des actions en faveur de Keiko Fujimori, malgré le fait qu’il se trouve dans une prison de haute sécurité sur la base navale de Callao.

Pour l’instant, cette question ouvre de nouvelles enquêtes criminelles, d’autant plus si la Marine a grossièrement menti dans un premier communiqué cachant la vérité au pouvoir exécutif. Ce sujet ouvre un nouveau chapitre dont Keiko et les autres personnages ne sortiront pas indemnes.

traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 03/07/2021


Voir en ligne : http://cocomagnanville.over-blog.co...

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?