Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Agenda |  Adhésion

Accueil > Voir aussi > Billets d’humeur > "Cuba : après 62 ans à la tête de l’État, la famille Castro quitte le pouvoir" (...)

"Cuba : {après 62 ans à la tête de l’État, la famille Castro quitte le pouvoir"} (France24)

mercredi 21 avril 2021 par Viktor Dedaj

Non, pas la "famille" Castro, mais le leader de la révolution cubaine et son second, qui se trouve être un de ses frères. Raul n’était pas n’importe quel "membre de la famille". Raul était présent à l’assaut de la Moncada. Raul était en exil au Mexique. Raul était à bord du Granma. Raul a combattu dans la Sierra Maestra. Si Fidel avait la moindre légitimité, Raul en avait autant.

Mais ces journalistes, qui parlent de "famille Castro", seraient en mal de nommer d’autres membres de la "famille Castro" (eh oui, il y a d’autres - frères et sœurs) qui auraient occupé l’espace politique cubain.

Tiens, après avoir passé 30 ans à étudier et/ou suivre Cuba, je suis incapable de vous dire qui était l’épouse de Fidel. Ce n’était pas un secret, c’est juste que... ben... on s’en fiche, quoi. Pas de "First Lady" à la noix, si vous voyez ce que je veux dire.

Mais "famille Castro", ça claque, et ça donne un petit côté "népotisme". Mais c’est comme cette expression ’Lider Maximo" qu’ils balançaient sans cesse en parlant de Fidel. Pour se donner un genre "initié". Genre qui sait de quoi il parle. Mais voilà, cette expression n’est, n’était, jamais utilisée sur l’île. (Elle aurait été inventée par la CIA, pour te dire.) Mais qu’est-ce que tu veux, ça aussi ça claque.

En réalité, "Lider Maximo" ne servait qu’à une seule chose : révéler toute l’ignorance - ou malveillance calculée - du journalisme mainstream. C’était un peu le sceau officiel du "n’importe-quoi-tisme". Il y a en d’autres, beaucoup d’autres.

Un article récent du Figaro prétendait raconter les difficultés économiques à Cuba. Pour sûr, le journaliste a fait le finaud, en lâchant le mot "cola" (en français : file d’attente). Clin d’œil au lecteur, message subliminal : j’suis branché sur la réalité cubaine.

Mais il y a un autre mot, assez facile à apprendre pour peu qu’on y mette du sien : "bloqueo". Celui-là, ils ne le prononcent jamais. Un mot pourtant omniprésent, de trois syllabes, un de plus que "cola", deux de moins que "Lider Maximo". C’est pas un truc enfoui dans les archives d’État.
Le bloqueo est là, omniprésent, partout, dans tout. Dans les "colas", notamment.

Comptez le nombre d’articles qui mentionnent "bloqueo" (sous une forme ou une autre). Maintenant, comptez le nombre d’articles qui expliquent de quoi il s’agit. Oui, je sais : zéro. Le plus long blocus de l’histoire fait l’objet de la plus petite couverture possible : zéro.

Si informer était réellement le métier de ces "journalistes", c’est ça le premier mot qu’ils apprendraient. Ne pas en parler constitue une décontextualisation telle que tout article sur Cuba qui fait l’impasse (càd, en gros, tous les articles) est de facto un mensonge.
Pour ne pas voir le "bloqueo", il faut être aveugle (ou franchement con). Le voir et ne pas en parler, c’est être complice d’un crime humanitaire.

Mais il y a un autre mot espagnol de trois syllabes qu’ils pourraient apprendre, que j’aime beaucoup et que je leur dédie : "payaso" [1] .


[1Clown

   

Messages

  • 1. "Cuba : {après 62 ans à la tête de l’État, la famille Castro quitte le pouvoir"} (France24)
    21 avril, 20:28 - par RICHARD PALAO


    Un autre mot : " gusano " qui signifie ver en espagnol est fréquement utilisé par les cubains pour qualifier tous ceux qui salissent le socialisme cubain

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?